4. élimination du phosphore

4. élimination du phosphore

4.1. par voie biologique

Elle repose sur la génération de deux phases :

  1. phase anaérobie : des germes aérobies stricts qui, sous l'action du stress anaérobie, libèrent du phosphore dans le milieu et accumulent des réserves de polyhydroxybutyrate.
  2. phase aérobie : les mêmes germes aérobies strict réabsorbent le phosphore libéré plus celui présent dans l'eau usée en hydrolysant leur réserve de polyhydroxybutyrate : on parle d'assimilation pléthorique.

Globalement, il y a eu plus de phosphore absorbé que de phosphore libéré, le phosphore de l'eau usée ayant été transféré de la phase liquide vers la phase solide. Il sera donc éliminé dans les boues lors de la phase de décantation.

filière de déphosphatation biologique avec anaérobie en tête
Remarque : P sol = phosphore soluble - Pboue = phosphore dans la biomasse

4.2. par voie physico-chimique

Le phosphore soluble des orthophosphates et des polyphosphates est éliminé par précipitation avec le coagulant. Le phosphore particulaire sera éliminé lors de l'étape de décantation avec les autres matières en suspension.

Réactions 
A pH neutre, la forme hydrogénophosphate prédomine :

Dans la pratique on constate que la dose réelle de chlorure ferrique ne correspond pas à la stœchiométrie de la réaction mais qu'il faut un excès de réactif. La dose optimale sera donc déterminée au laboratoire grâce au jar-test.

La littérature propose comme base de détermination de la dose optimale de coagulant un rapport molaire Fe/P = 2.

  • chlorure ferrique(FeCl3) en solution commerciale (d =1,45 - 41 % de pureté)
  • chlorosulfate ferrique (FeClSO4) en poudre, autrement appelé Clairtan.  

Le précipité ainsi formé est éliminé par décantation